top of page
Rechercher

Les violonistes présentent le prochain concert (en) poche

Dernière mise à jour : 17 oct. 2023



Vous présentez un programme original d'oeuvres écrites pour deux violons. Quelle est l'origine de votre duo ?

Mélanie Pelé : Elsa et moi nous connaissons depuis très longtemps: nous nous sommes souvent croisées sur notre route de violoniste de quatuor à cordes. La musique de chambre est le fondement de notre pratique de musiciennes. Il y a quelques années, j'ai dû arrêter le violon à cause d'un problème important de l'oreille interne. Et puis... j'ai eu envie de m'y remettre et j'ai contacté Elsa. Elsa a été mon moteur pour reprendre…

Elsa De Lacerda : Mélanie est passée à la maison pour « un cours ». Nous avons joué ensemble une bonne heure: elle rejouait comme si elle n’avait jamais quitté son instrument, j’étais stupéfaite! J’utiliserais une expression que je m'applique souvent : "Quand on ne sait plus rien faire, on sait encore jouer du violon!"

Comment accorder ses violons, quand on est à deux?

Mélanie : Mettre ensemble deux instruments « mélodistes », c’est un défi en soi ! On n’a pas de basse et de base, c’est un rôle qu’on doit prendre chacune son tour et c’est très stimulant. Et puis un autre défi, c’est de mettre ensemble deux instruments avec un «style» très différent (moderne et baroque).

Elsa : Le défi majeur, c’est bien évidemment de marier les sons et de jouer juste. L’école du quatuor nous aide énormément. J’imagine aussi ce travail comme le symbole d'une certaine forme de sororité.

Présentez-nous le programme en deux mots...

Elsa : Leclair est assez peu connu des violonistes « modernes » et pourtant c’est un compositeur à la fois foisonnant et captivant ! Les sonates pour deux violons sont un dialogue à voix égales où les violons se répondent et s’imitent en permanence. Bartok contraste complètement avec Leclair mais dans cette oeuvre-ci, il renoue avec l’origine du violon, un instrument populaire qu’on jouait dans la rue pour faire danser les gens.

Mélanie: Il nous paraissait intéressant de montrer la diversité de ce qui existe pour ce petit ensemble de deux violons. Et il existe encore plein d’autres partitions comme le concerto de Bach avec lequel nous allons clôturer le concert. C’est un véritable « tube » pour les violonistes qu’on ne se lassera jamais de jouer !

Le programme présente une sonate de Leclair. Pouvez-vous nous parler de ce musicien/compositeur assez inconnu?

Mélanie : Jean-Marie Leclair a une histoire digne d’un film ! C’est un Lyonnais né à la toute fin du 17ème siècle. On lui colle l’étiquette de père du violon en France, l’ayant mené à un développement aussi important (ou presque ) qu’en Italie alors qu’il n’était jusqu’alors qu’un simple instrument d’orchestre. Leclair a vécu en Italie, à Turin, mais comme danseur et maître de ballet et c’est sans doute grâce à cette période de sa vie qu’il rentre en France imprégné de la musique italienne et spécifiquement de la musique virtuose italienne pour violon. Il a ensuite vécu jusqu’à sa mort à Paris où il a été assassiné en 1764 dans des circonstances très mystérieuses. Son meurtre est resté un Cold-case célèbre de l'histoire de la musique.

Pouvez-vous expliquer les pièces que vous avez choisies de Bartók?

Mélanie : Les 44 duos de Bartók sont nés d’un travail de recherche de Bartók lui-même sur la musique paysanne de Hongrie, de Slovaquie et de Serbie. Ils sont donc construits à partir d’airs populaires que le travail de Bartók a permis de conserver et de fixer sur une partition. Nous avons choisi les duos qui nous touchent le plus.

Elsa : Une plongée dans l’univers de la musique populaire et de la tradition orale: on imagine deux personnes en dialogue constant: que de bavardages !

Pouvez-vous nous parler de la troisième roue de votre duo, je veux dire: la guitariste Gaëlle Solal ?

Elsa : Un soir après un concert, nous sommes allées boire un verre et la connexion entre nous trois a été immédiate ! Partager la scène entre amies rend le contact et le travail évident et jubilatoire même.

Mélanie: Toute son enfance, en famille, elle a joué une réduction pour guitare de la partie orchestrale du double concerto de Bach, arrangée par elle-même. Nous lui sommes très reconnaissantes d'avoir ajouté ce projet à son emploi du temps surbooké!



60 vues0 commentaire

Comments


bottom of page