top of page
Rechercher

L'histoire du soldat de plomb: Interview Sophie van der Stegen

Dernière mise à jour : 14 avr. 2023

Découvrez les secrets de création du conte musicale "L'histoire du Soldat de plomb" avec la dramaturge et metteuse en scène Sophie van der Stegen


Alice Henne: Comment est née l'idée de ce spectacle?

Sophie van der Stegen: Il y a souvent une partition qui m'incite à écrire. C’est un air, une chanson, un compositeur qui soudain m’attire et me donne envie d’écrire pour les enfants, et pour les adultes. Dans le cas de ce spectacle, je suis partie de l’œuvre pour piano de Déodat de Séverac, « Où l’on entend une vieille boîte à musique », parce que soudain à mes yeux tournoyait une ballerine, attachée malgré elle à la boîte à musique dont parle le titre de cette œuvre. C’est comme si cette ballerine était ensorcelée : qu'elle ne pouvait se défaire de son sort, qu'il lui fallait tournoyer gracieusement, la jambe levée dès que la musique se mettait en route.

A.H: Quels sont les thèmes abordés dans cette histoire?

SvdS: Le spectacle est une relecture du Vaillant Soldat de Plomb, chef-d’œuvre de H. C. Andersen, qui témoigne des difficultés qu’avait le poète à affirmer sa singularité par rapport aux normes imposées par la société. D'autres références y sont contenues, comme « la Bergère et le ramoneur », ou encore « la Vieille Maison ». Ce qui m'intéressait surtout, c'était d'interroger la perspective différente de celle du soldat de plomb, la perspective féminine, celle de la danseuse.

Au travers des yeux de la danseuse, le spectacle confronte de façon indirecte les thèmes de la différence, du rejet, de l’amour, et du destin particulier des artistes, qui traversent les œuvres du célèbre conteur danois. Pour moi, le spectacle montre surtout qu'il n'y a pas qu'une seule façon de comprendre les choses, dans la vie. Qu'il existe plusieurs perspectives.

A.H: Comment se construit le spectacle?

SvdS: Le spectacle combine théâtre et moments musicaux, chantés et chorégraphiés.

Les œuvres musicales sont de compositeurs tels que Déodat de Severac, Satie, Reynaldo Hahn, Ravel, ainsi qu’une chanson, œuvre originale d’Harold Noben, composée pour conclure le spectacle.

A.H. Pourquoi ce conte d'Andersen?

SvdS: Je pense que le Soldat de Plomb est un chef-d’œuvre, par sa plurivocité, son ambiguïté, la multitude des facettes ouvertes à l’interprétation. Le handicap physique, la différence, du rejet, mais aussi l’être à part de l’artiste, inapte au monde, l’amour entre personnes qui semblent se reconnaître pour des bonnes et des mauvaises raisons, la méchanceté des hommes et des bêtes, la difficulté de trouver sa place, la différence sociale entre les gens qui s'aiment, la solitudes des êtres, des choses, du silence qui sépare et rapproche à la fois, etc.

Puis je me suis demandé qui était la ballerine de l’histoire, et ce qu’elle faisait elle aussi dans la chambre du petit garçon. D’où venait-elle ? Quelle était son histoire ? Son passé ? Alors, j’ai voulu explorer cette piste, et comprendre l’histoire du soldat de plomb à travers sa perspective à elle. Je l’ai conçu comme une exploration à travers les différents éléments, une interrogation face aux énigmes que posent ces éléments disparates: sur leur raison d’être ou ne pas être, pour ce qu’ils révèlent, et pour ce qu’ils semblent brouiller comme pistes.

Il m’a semblé que petit à petit les éléments se séparaient et se mettaient à vivre une existence autonome. Il m’a semblé que l’histoire devenait plurielle, et que c’était ça qui était beau.

A.H: Le dernier morceau est composé par Harold Noben. Un mot à son sujet?

SvdS: ll m’a semblé essentiel de faire appel à un compositeur vivant pour mettre en musique le fin mot de l’histoire. Parce que c’est un conte moderne, il faut donner une conclusion moderne, une conclusion d’aujourd’hui. Harlod est un jeune compositeur belge talentueux. Il est parti de l’air de Séverac, pour le déstructurer de façon à lui donner un tour contemporain.

A.H: En quoi ce spectacle s'adresse-t-il aux enfants?

SvdS: Quand j’écris pour des enfants, je ne les sous-estime jamais, ils sont intelligents et comprennent beaucoup de choses, il n’y a qu’à voir leur réaction lorsqu’on leur pose des questions pendant le spectacle, ils saisissent tout ce qui se passe. Loin d’être une écriture mineure, ou « cheap », l'écriture pour les jeunes publics est exigeante. Elle demande une extrême attention à de nombreux facteurs, qu’ils soient de l’ordre du contenu, mais aussi de la forme, comme la durée, le rythme, l’humour etc.

L'hIstoire du Soldat de Plomb - Au petit Théâtre Mercelis, 13, Rue Mercelis 1050 Bruxelles - 15/16 avril 2023, 11:30 & 15:00 - info & tickets: www.cieartichoke.com



11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page